2 Neurones & 1 Camera

Olivier Thereaux

Cameraman lucide

Une simple remarque aura suffi au fascinant James (aidé en cette tâche par le très intéressant numéro de "Art It" sur la photo au Japon) pour me bourrer la tête de questions sans fin - tant et si bien qu'il me faudra sans doute lire beaucoup pour les dissiper, à commencer peut-être par Barthes et "Camera Lucida".

James ecrit que le processus photographique est moins un processus de création que de sélection, un point de vue acceptable, aux considérations techniques près, loin d'être une bagatelle, mais qu'importe, il vaut la peine de le faire sien le temps de se demander ou s'arrête "ce qui est déjà là" et où commence la sélection, comment juger le photographe? Sur une photo? Sur une oeuvre entière? Sur un manifeste, une explication?

Sans doutes des questions futiles d'étudiant en histoire de l'Art ou en philo... La faute à un système éducatif qui pense - bien à tort - que philosophie et théorie des ensembles ne font pas bon ménage(?). J'apprends sur le tas.

olivier, samedi 15 mai 2004, 9:42

Avant/Après

Avril 2004: Ebisu et Meguro, Tokyo, Japon

À suivre / 5 photos


De l'interet du gribouillis dans la poursuite de soi

De l'avant Que fera un enfant de la montagne, souffrant, au sommet, du vertige? Plutôt que de s'empêcher de regarder ou que ce soit - ce qui l'amènera tôt ou tard sinon à la chute, au moins à mourir de froid ou d'ennui - mieux vaut encore s'attaquer à la pente, la dévaler, trouver dans le mouvement fluide de la…

À suivre