2 Neurones & 1 Camera

Olivier Thereaux

Lisboa douce-amère

Lisbonne. Septembre 2016.

Il y a une tendresse, une douce-amertume dans cette ville en travaux perpétuels, dans ces pavés inégaux, dans ces bâtiments fiers aux vitres brisées. Trop de maisons abandonnées - la maintenance coûterait trop cher. Mais de la vie malgré tout.

L’imagination s’inventerait volontiers des palais, des conquêtes, un empire. Mais on se souvient vite d’autres villes sous cloches, bâtiments maquillés à outrance, toute trace de vie effacée pour laisser pleinement place à la pornographie du tourisme.

Alors j’admire un peu plus cette ville qui assume ses rides. Elle vit son évolution. Elle ne s’habille ni ne se comporte comme il sied à son âge. Je l’apprécie pour cette même raison qui me fait préférer Tokyo à Kamakura ou Nara - ces petites bulles parfaites, ces images laminées dans un antan vendeur.

Ici, les vitre brisées ne sont pas qu’un signe de misère et le marbre celui d’un passé regretté. Pas encore. Malgré tout. Pas un musée, de l’humain.

Avant/Après

Lost Shoes

2016-10-09

London, 2016: Chaussures, sandales, souliers et autres histoires lues sur le pavé brexitannique

À suivre / 15 photos


Lisboa Modernista

2016-12-24

Lisbonne, 2016: En contrepoint au portrait doux-amer issu du même voyage, une vision d'une Lisbonne moderne et moderniste.

À suivre / 12 photos


Dans les environs

Lisboa Modernista

2016-12-24

Lisbonne, 2016: En contrepoint au portrait doux-amer issu du même voyage, une vision d'une Lisbonne moderne et moderniste.

À suivre / 12 photos


Lisboa

2014-10-18

Août 2014: Taxis quadrilingues, portes condamnées, et un banc sur l'océan.

À suivre / 14 photos