2 Neurones & 1 Camera

Olivier Thereaux

Kanazawa, Japon

De notre repaire tatamisé, c'est tôt le matin que nous nous lançons dans notre expédition dans le temps. Le passé d'abord - logique -, et l'intemporel dans le jardin de Kenrokuen. La plus vieille fontaine du pays et une non moins fameuse lanterne sont les attractions prémâchées du lieu, mais c'est surtout la paix, rayonnant des tapis moussus et des pins sans âge, qui me séduit ici. Certes, cette impression miraculeuse de temps suspendu n'est pas aussi complète et envoûtante que dans certains jardins de Kyoto, mais a moins il n'est pas besoin de partager cette sérénité, au coude a coude, avec quelques autres milliers de personnes a la fois.

Cent mètres plus loin et c'est le géométrique plutôt que l'organique, le blanc triomphe des nuances de vert profond, c'est l'archi-architecture du musée du 21e siècle et ses deux exposition "musées pour un nouveau millénaire" et "SANAA (Kazuo Sejima+Ryue Nishizawa)". Ces derniers ont réalisé l'archi... du musée. On nage en pleine autocongratulation, en apnée dans la piscine de Leandro.

Plus tard on se retrouve a parler poisson et vieilles maisons de ville dans un des anciens quartiers des plaisirs (on dit "quartier de thé", pour faire semblant) de la ville, on visite temples et maisons de samurai, et partout, partout la même mise en contexte, le même récit de l'histoire des lieux. Chaque maison, chaque temple, chaque jardin est ne d'une succession de travaux, de propriétaires, d'influences, d'époques. Rien n'est complet sans ce contexte, ou au moins, chaque chose ne commence a prendre sens que si on les met en abîme de leur histoire.

Le contraste avec ma chère Tokyo est frappant. La capitale, plusieurs fois brûlée, rasée, secouée et finalement érigée de nouveau, considère la construction a plus de 30 ou 40 ans futile, pas rentable; la ville se détruit et se construit en permanence. Les lieux et les gens vivent dans un éternel maintenant, une bulle ou la mode tient lieu d'histoire.

Les jardins

La star des jardins de Kanazawa, c'est Korakuen, dont on dit que c'est l'un des trois plus beaux jardins paysagers du japon. Son nom vient des six vertus des jardins traditionnels chinois que Korakuen possède, apparemment. Mais ce n'est pas le seul lieu de jouissance: les maisons de thé (un euphémisme pour désigner les maisons de geisha), les vieilles demeures de samourai et les temples (parmi lesquels Myoryuji, aussi connu sous le nom de “Ninja Dera” ou temple ninja pour les multiples astuces de son architecture) ont tous d'intimes et magnifiques jardins.

La ville

Un beau mélange de rues charmantes bordées de temple, et au milieu de tout cela, le musée du 21è siècle, un ode à l'art et l'architecture contemporains.

Avant/Après

Pause

A court de force, à bout de mots, je laisse pour quelques instants parler les po(è)tes, chuchotter la mémoire.

À suivre


15 May 2005: Design Festa, Tokyo, Japon

À suivre / 8 photos


Dans les environs

Hotel Agnes

14 Janvier 2007:Photo volées lors de l'événement "Art at Agnes" dans les couloirs et les chambres de l'Hotel Agnes à Kagurazaka

À suivre / 8 photos


Gotokuji, Tokyo

28 Octobre 2006: Le temple de Gotokuji doit son principal mythe à un chat porte-bonheur, et est l'origine des "maneki-neko", les statuettes de chats attirant la bonne fortune.

À suivre / 12 photos


Derniers mois à Setagaya

2009-02-22

2006 ~ 2008. Un an exactement après avoir quitté Tokyo, je reviens sur mes souvenirs d'une ville où j'avais planté mes racines.

À suivre / 20 photos


Nihonjin 4, portraits anonymes du Japon

Septembre 2001. Nihonjin - 4eme volet, toujours le meme principe: portraits anonymes du Japon.

À suivre / 12 photos


Gotokuji

2007-08-11

11 Aout 2007. Mer de chats à l'aube.

À suivre / 6 photos